Hôtel particulier Yonck-Laurent Rue de Dave n° 154, architecte Adolphe Ledoux.La poudrière Yonckites reçut l’autorisation de s’installer à Jambes par décision royale du 29 mars 1893. Cet établissement tire son nom du

fondateur, Léonard Yonck, qui mit au point un explosif difficilement inflammable. Ce chercheur spécialisé dans le domaine des explosifs parvint à produire une poudre dite de sûreté qui détone sans flamme. Ce procédé était particulièrement intéressant pour les charbonnages où l’explosif ne risquait pas d’enflammer le grisou.
L’établissement comprenait trois départements : le D.I. brisant destiné aux carrières ; le D.I.S.G.P. (sécurité grisou poussière) pour les charbonnages et enfin le D.I.S.G.P., gainé semblable au précédent, mais avec gaine de garantie.

Action de la Société Les Explosifs Yonckites Date d’émission : 1948. Part Sociale N° 3900.En 1906, la fabrique devient société anonyme et M. Yonck occupe les fonctions d’administrateur-directeur. La production mensuelle était d’environ trente tonnes et elle resta constante jusqu’après la Seconde Guerre mondiale. Les directeurs successifs furent MM. Yonck-Deprez, professeur à l’Université de Bruxelles à qui l’on doit la mise au point de la trianite-Mat-Chabot et Philippe Ranwaert qui était encore aux commandes en 1948. À ce moment l’entreprise compte vingt femmes et dix-sept hommes. La parité des hommes et des femmes était donc bien respectée !
L’entreprise Yonckites, spécialisée dans les explosifs brisants et antigrisouteux mais aussi dans d’autres produits chimiques avait son siège à Liège ainsi que plusieurs magasins et un autre à Jambes avant qu’il ne soit transféré à Tournai. La société fermera ses portes dans les années ’50 suivant ainsi le déclin des charbonnages.

L’ancien chemin de Warnant devint, en 1898, le chemin de la Poudrière lors de l’installation des établissements Yonckites. En 1938, on parlait de rue de la Poudrière. L’architecte Adolphe Ledoux est l’auteur de l’hôtel particulier Art nouveau de la famille Léonard Yonck-Laurent situé au n°154 de la rue de Dave.

En-tête de facture de la Société Les Explosifs Yonckites Cette société fabriquait des explosifs brisants et antigrisouteux pour les charbonnages et les carrières ainsi que d’autres produits chimiques.

Pour en savoir plus :

C. BADOT, Jambes autrefois ... et aujourd'hui, Jambes, 1948, pp. 223-224.

R. DELOOZ, Jambes, Erpent, Lives, Loyers et Naninne, Lonzée, novembre 1996, p. 54.

C. DOUXCHAMPS-LEFEVRE, La commune de Jambes de 1795 à 1977. Les grands traits d'une constante expansion, coll. Études et documents du Centre d'Archéologie, d'Art et d'Histoire de Jambes, 2, Jambes, 2008, pp. 31-32.

M. SIMON, Jambes. Parcours Art nouveau, coll. Anhaive expo du Centre d'Archéologie, d'Art et d'Histoire de Jambes, 6, Jambes, 2010, pp. 67-69, 71 et 79.

J. TOUSSAINT, Rues de Jambes, coll. Anhaive expo du Centre d'Archéologie, d'Art et d'Histoire de Jambes, 3, Jambes, 2007, p. 143.

 

Newsletter

Restez informés de l'actualité et des évènements qui font la vie jamboise.
Nous contacter
Le Syndicat d'Initiative
de Jambes

Avenue Jean Materne, 168
5100 Namur (Jambes)
0032(0)81 302 217
info@sijambes.be

Horaire d'ouverture
le lundi
de 12h30 à 17h30
du mardi au vendredi
de 9h à 17h30
le samedi 
de 14h à 18h 


La Tour d'Anhaive

Place Jean de Flandre, 1
5100 Namur (Jambes)
0032(0)81 322 330
info@anhaive.be
www.anhaive.be
 

Horaire d'ouverture
Du mardi au vendredi
de 13h30 à 17h30

Le samedi et le dimanche 
de 14h à 18h