Les sépultures dites « de Haute-Anhaive », dont de nouveaux contenus ont été déposés par la Société archéologique de Namur au CAAHJ pour être exposés en permanence à Anhaive, ont été découvertes en 1934-1935 lors de la construction du couvent des Pères Scheut sur la colline de Bèronvaux, à son extrémité nord.

Quelques neuf tombes à incinération y sont mises au jour en août 1934 lors du creusement des fondations du pignon nord du bâtiment conventuel. Son architecte, A. Ghequière, membre de la Société archéologique de Namur, peut sauver le contenu de quatre de ces tombes (n° 1-4), et le remettre à F. Courtoy, conservateur du Musée archéologique de Namur. Une autre tombe (n° 5) est découverte en septembre en creusant les trous destinés à recevoir les étançons d’un échafaudage. Son contenu est également sauvé et remis à F. Courtoy. Des fouilles sont autorisées : elles débutent le 7 octobre 1934 pour se clôturer le 3 novembre, et sont conduites par A. Tonglet. Outre une fosse de 56 cm de côté renfermant encore du charbon de bois, des tessons et un débris de fibule en bronze (le bûcher funéraire), dix tombes (n° 6-15) sont ainsi mises au jour entre le 10 octobre et le 26 octobre 1934. Le 6 février 1935, une nouvelle tombe (n° 16) est identifiée le long du pignon nord du bâtiment, et son matériel funéraire est remis au Musée archéologique. Ces découvertes justifient de nouvelles fouilles au nord du site. Elles débutent le 4 juin, toujours sous la direction de A. Tonglet, et six nouvelles tombes sont mises au jour (n° 17-22).

 

Encart :

De nombreuses tombes apparaissaient déjà anciennement perturbées lors des fouilles menées en 1934-1935. La raison la plus probable est que la colline de Bèronvaux, qui ferme la plaine de Jambes en aval, domine Namur et sa plaine, la rendant intéressante d’un point de vue stratégique. C’est ainsi qu’entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, à l’occasion des sièges de Namur, l’ingénieur hollandais Coehoorn y a fait construire des fortifications et des emplacements d’artillerie, remuant les sols et dispersant le contenu des tombes s’y trouvant enterrés à faible profondeur.

Les éléments défensifs de Bèronvaux sont visibles sur ces anciens plans de Namur. 

Colline 2

Colline 1

 B Pl 055 01

 

 

Toutes les tombes fouillées sur le site de Bèronvaux étaient des incinérations et possédaient un mobilier funéraire (certaines pièces en céramiques contiennent par ailleurs toujours les os des défunts). Elles étaient distantes d’environ 2 mètres. Disposées en pleine terre, sans coffrage, elles présentaient généralement une largeur de 40 à 60 cm, et une profondeur de 60 à 70 cm (sauf les tombes n° 16 et n° 20, profondes de 30 cm seulement). 

 

Fiona Lebecque,
Présidente-Conservatrice du 

Centre d'Archéologie, 
d'Art et d'Histoire de Jambes

1. Cet article est un résumé de l’étude de P. Van Ossel, Les cimetières romains du Haut-Empire de Namur. I. Les cimetières périphériques de la rive droite de la Meuse, dans ASAN, 64/2, 1986, pp. 197-251.

Pour en savoir plus, voir J.-L. Antoine, Les cimetières romains de Bèronvaux et de Basse-Anhaive et leur contexte archéologique, dans J. Toussaint (sous la dir.), La Seigneurie d’Anhaive à Jambes, coll. Etudes et documents du Centre d’Archéologie, d’Art et d’Histoire de Jambes, 1, Jambes, 2005, pp. 23-32.

 

Newsletter

Restez informés de l'actualité et des évènements qui font la vie jamboise.
Nous contacter
Le Syndicat d'Initiative
de Jambes

Avenue Jean Materne, 168
5100 Namur (Jambes)
0032(0)81 302 217
info@sijambes.be

Horaire d'ouverture
le lundi
de 12h30 à 17h30
du mardi au vendredi
de 9h à 17h30
le samedi 
de 14h à 18h 


La Tour d'Anhaive

Place Jean de Flandre, 1
5100 Namur (Jambes)
0032(0)81 322 330
info@anhaive.be
www.anhaive.be
 

Horaire d'ouverture
Du mardi au vendredi
de 13h30 à 17h30

Le samedi et le dimanche 
de 14h à 18h